Le jardin moderne de la Villa Noailles

Noailles 1Cet espace Moderne, pionnier dans son temps (des années ’20), nous a hypnotisés avec son style. Nous vous racontons parce que ce projet a surgi et les personnages importants de l’époque qui ont participé à la construction de La Villa.

Charles et Marie-Laure de Noailles ont été un couple d’aristocrates amis Noailles 2des artistes novateurs, un site superbe sur la côte méditerranéen, un architecte parisien au physique de jeune premier de cinéma, Robert Mallet-Stevens, qui à ce moment partage avec Le Corbusier le rôle de vedette de la modernité: l’inventaire des données qui, en 1923, mènent à l’édification de La Villa Noailles à Hyères est saisissant. Ici tout résiste à l’identification de l’architecture à un projet, produit d’une conception homogène et d’une unité programmatique. L’interprétation implique ici une approche sans complaisance, puisque tout dérange l’ordre et la sérénité des clichés culturels, qu’ils soient liés à l’exercice du mécénat aristocratique ou au métier d’un architecte célèbre. Le délabrement du bâtiment choque tout d’abord la convention implicite de pérennité qui fonde la tradition de l’architecture européenne.Noailles 8 Au début de l’année de 1926, l’ensemble  de bâtiments qui composent la “petite maison” couvre près de 800 m2 habitables mais en raison de l’intense vie sociale du propriétaire, l’étendue de de La Villa Noailles  augmentera avecNoailles 7 modifications et ajoutés.

Robert Mallet-StevensMallet-Stevens met en application les préceptes fondateurs  du mouvement rationaliste: fonctionnalité, épuration des éléments décoratifs, toits, terrasses, lumières, hygiène…

La Villa Noailles  dominant la baie d’Hyères et elle est célèbre un nouvel art de vivre où le corps  et la nature sont privilégiés. Entre toutes les personnalités qui interviennent à la décoration ou construction de la villa, l’architecte Gabriel Guévrékian dessinera le jardin cubiste. Un petit jardin architecturé, un projet radical en rupture avec tout schéma traditionnel. En 1925, Charles de Noailles commande à l’architecte Gabriel Guévrékian l’aménagement du jardin. La réalisation est complétée en 1928. Dans cette étape de style moderne on parle d’un nouveau concept de jardin “régulier, géométrique et facile d’entretien”.

Gabriel Guévrékian est né  en 1900 à Istanbul, ses parents l’envoient pendant la PGM en Perse où il découvre l’art des jardins. Il étudie l’architecture à Vienne avec Oskar Strnad et noue des liens avec Adolf Loos. En arrivant à Paris à 21 ans il se mêle rapidement à l’avant-garde. Il se lie tout particulièrement aux peintres Robert et Sonia Delaunay dont il apprécie le travail sur la géométrie et les couleurs, basé sur le principe des contrastes simultanés.Noailles 6 Ces jeux colorés guident sa proposition pour l’Exposition. Elle occupe une petite parcelle triangulaire dont il répète la forme pour composer les bassins, les exèdres de fleurs ou la clôture. La sphère de vitrail, lumineuse la nuit, est le fruit de sa coopération avec le maître verrier Louis Barillet. Le jardin impressionne favorablement le vicomte.APLC 14

Passionné par la culture des fleurs, futur spécialiste de la flore méditerranéenne, il ne peut que céder à l’envie de donner une suite à cette réalisation, dont il comprend les potentialités.

Guévrékian fait alors partie de l’agence de Robert Mallet-Stevens et le lien se fait donc très naturellement. Les Noailles font leur premier séjour à Hyères en octobre 1925 et sont impatiens d’en compléter les aménagements. Sous le grand parvis se trouvent trois salles voûtées dont la dernière fait office de séjour sous le nom de Salon Provençal. Cette pièce s’ouvre sur une petite parcelle longeant le chemin d’accès. Dans deus courts textes l’architecte explique ses intentions, en commençant par le désir “de créer un contraste avec la riche végétation méditerranéenne”. Noailles 4Guévrékian dessine un triangle isocèle de 19 mètres de long dans l’axe de la porte du salon dont il affirme qu’il lui “a été imposé par la forme rigoureuse du terrain”. Dans son projet initial, il répète le dispositif choisi pour le parvis en isolant le jardin derrière des murs percés de grandes baies rectangulaires pour “donner l’impression d’êtres une cour”. Il souligne également un point important dans l’appréhension du lien lui-même “conçu de telle façon que l’on obtient des aspects différents” selon qu’il soit vu de la terrasse supérieure ou depuis les salles voutées. Telle une Noailles 5proue de navire le jardin est évidemment conçu “en relation avec la vaste perspective offerte sur la mer”. Le sol est composé d’une imbrication de jardinières et de dalles de mosaïque de porcelaine multicolore: jaune, bleu, rouge et blanche. Il veille à la répartition des coloris: “les niveaux différents sont de mosaïque de porcelaine de couleur rouge, grise, bleue, jaune. Le damier central est composé de mosaïque violette et gazon. Les demi-pyramides latérales sont de deux verts différents de végétaux”.

La correspondance qu’entretiennent Guévrékian et le vicomte nos apprend les différents détails demandés par le commanditaire comme deux orangers nains chinois, le choix du revêtement ou la forme définitive de la fontaine. Peu de temps avant l’achèvement des travaux, le projet est modifié de façon importante pour faire place à une sculpture monumentale.

Noailles 3Au lieu d’être fermée, la pointe est laissée ouverte avant d’être couronnée d’un bronze deux mètres de haut (La joie de vivre – 1927) de Jacques Lipchitz; un moteur est installé dans le socle pour faire tourner le bronze dans un mouvement lent. Guévrékian conclut: “Le tout forme bien plus qu’un aménagement de jardin. Il a été élaboré dans le désir d’accorder une attention particulière aux proportions et aux teintes. Ces paramètres favorisent ainsi son organisation afin qu’il se fonde harmonieusement dans la nature”.

Les joints des émaux ne résistent pas très longtemps au climat méditerranéen, et de guerre lasse, Charles de Noailles finit par les recouvrir d’agaves au début des années 1930. Pour autant images du jardin continuent à être publiées et le travail de Guévrékian cité en exemple pour la création d’un jardin moderne. La sculpture de Lipchitz est retirée en 1971, après le décès de Marie-Laure de Noailles, dans la perspective de la vente de la maison.

Dans le programme s’inscrit  une sculpture de Jacques Lipchitz, artisteAPLC 28 recommandé par Mallet-Stevens aux Noailles, qui saisit cette opportunité pour étendre ses modèles de transparents -constructions matérialisées autant par le vide que par la masse- à l’échelle monumentale. Guévrékian projette un espace minéral, ordonné, axé sur la médiane du triangle et composé d’un parterre en damier. Dans une volonté de monde clos, microcosme, Guévrékian prévoit de refermer le triangle: il propose de placer la statue à l’intérieur du jardin, comme l’était la sphère du jardin manifeste de 1925 et d’ouvrir dans le mur une baie semblable à celles du parvis. Finalement, lors de la réalisation, on opte pour des parois symétriques en décrochés qui, en opposition à l’échiquier, descendent vers la pointe du triangle, couronnée par la sculpture montée sur socle rotatif. Un bassin est creusé à l’emplacement initialement prévu pour la statue. La sculpture, visible depuis la route en contrebas, devient alors la véritable figure de proue de la villa.

APLC 24A l’instar du jardin de l’exposition que l’on contemplait sans toutefois pouvoir s’y promener, depuis  les baies du parvis, l’espace triangulaire vu en plongée se lit comme un tableau. A la différence du jardin d’eau et de lumière, où l’inclinaison du sol ne pouvait être qu’implicite, dans le jardin d’Hyères, le centre statique est détruit et le sol se trouve réellement incliné vers le haut en rapprochant ainsi l’espace. Le jardin exprimait en outre la notion cubiste de simultanéité, exposant ensemble toutes les faces d’un objet comme si l’une d’elles se déplaçait à travers l’œuvre.

Une  mise en œuvre appliquée souligne la composition et l’emploi de mosaïque richement colorée, et de végétaux ajoute à la perfection de ce petit chef d’œuvre. Les carreaux de 1,3 cm d’arête, sont scellés par plaques dans un APLC 50ciment blanc. Malheureusement, les pâtes de verre ou émaux de Briare n’ont résisté que peu d’années ; un simple parterre d’aloès et un dallage en terre cuite ont alors remplacé le jardin de Guévrékian. Le concept moderne d’une séquence verticale que l’on découvre dans ces deux jardins cubistes donne toute leur valeur à ces expérimentations sur le rapport de la nouvelle architecture au paysage. En s’appuyant sur la notion de simultanéité, exprimée par la statue tournante, introduisant ainsi le mouvement en quatrième dimension, Guévrékian a inventé le cubisme en trois dimensions et ceci tout en s’inspirant des éléments traditionnels de son Orient natal: mosaïques, tulipes, orangers. Tel le hayant, APLC 71jardin rectangulaire dont les tapis donnent une représentation stylisée, le jardin d’Hyères reste un lieu relativement clos, divisé en damiers, où l’eau -centre spirituel- dirige le regard, un refuge contre une hostile, symbolisée ici par les cactées que abondent encore dans les terrasses avoisinantes.

Si vous désirez connaître l’environnement de La Villa Noailles, dans le blog d’Arts Plastiques Lycée Costebelle, vous allez admirer un bon travail photographique et un travail documentaire important pour le patrimoine de la région.

Voici quelques-unes des images:

APLC 16 APLC 17 APLC 36 APLC 37 APLC 91
APLC 47 APLC 54 APLC 77 APLC 90 APLC 20

.

Sources:

  • BRIOLLE, Cécile; FUZIBET, Agnès; MONNIER, Gérard. Mallet-Stevens: La Villa Noailles. Prelorenzo, Claude (coord.). Paris: Parenthèses, 1999. 120p. Collection Monographies d’architecture. ISBN : 2-86364.053-4
  • Documentation obtenue du propre centre.

Images: citées dans le texte.

Adaptation du texte: María Rodríguez.

 

One comment

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s